Titre : Home sweet home – Auteur : Alice Zeniter et Antoine Philas

Edition : L’école des loisirs, 2019 – Nombre de pages : 299 p.

Date de lecture : mars 2020

Résumé

Pendant longtemps, Cleveland a été un berceau du rêve américain. Elle a attiré les plus grandes industries, et tous ceux qui espéraient la prospérité, ou une vie meilleure. Dans le quartier du Slavic Village se regroupaient ceux qui venaient d’Europe de l’Est.
Mais en 2008, le rêve a fait long feu. La pollution, le chômage, la faillite et surtout la crise du logement se sont installés à Cleveland. Le Vaste Bordel a débuté. Ceux qui en avaient les moyens sont partis ; ceux qui restent n’ont pas eu le choix. Anna, Elijah et d’autres ont toutes les raisons de fuir ces ruines de l’argent et de la compétition. Ils trouvent refuge dans un lycée à l’abandon. Quand tout s’écroule autour d’eux, quand tout se ligue contre eux, ils doivent reconstruire sur de nouvelles bases le monde qui sera le leur.

Mon avis

Des adolescents tourmentés, au passé difficile, mais décidés à vivre leur vie à leur guise, avec leur mode de vie et leurs propres règles. Des adultes absents et des parents déserteurs, dans un pays et plus particulièrement une ville touchée par la crise des subprimes. Cette petite communauté est très attachante et le roman est bien rythmé, notamment grâce aux différentes voix des adolescents. Le niveau de compréhension n’est pas trop dur, les plus petits de cette famille atypique s’expriment et permettent aux plus jeunes d’entrer dans l’histoire. Une très bonne lecture.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *