Titre : Stolen – Auteur : Pascale Perrier

Editions : Actes Sud, 2018 – Nombre de pages : 230 p.

Date de lecture : février 2020

Résumé :

Inspiré de faits réels, un road novel qui nous emmène dans des terres sauvages, avec un héros attachant à la recherche de ses origines. En Australie, et ce jusque dans les années 1970, des enfants aborigènes ont été retirés à leur famille pour être confiés à des Blancs. Joshua, quinze ans, est l’un d’eux. Métis, il a grandi dans le confort matériel et l’ignorance totale de ses vraies racines. Son univers est bouleversé le jour où surgit Ruby, sa soeur de sang, qui elle a subi la brutalité des foyers. Il est “abo”, et cette révélation arrive comme une claque, un ouragan. Prisonnier des préjugés accolés à cette minorité ethnique, Joshua se lance dans une quête de vérité qui l’emmènera dans l’Outback et sa terre rouge. À la découverte de ses origines, d’une spiritualité et d’un art ancestraux.

Mon avis :

Je connaissais les stolen generations, ces pratiques ont été courantes en Amérique du Sud et au Canada, mais je ne savais pas pour l’Australie. Joshua est un personnage assez juste, avec ses questions, ses doutes, et ses hésitations. J’ai apprécié ce roman choral, les différentes voix nous permettent d’avoir le point de vue des personnages comme la mère adoptive ou les vrais frères et soeurs de Joshua, et c’est intéressant. La question de l’adoption (bien que ce soit une adoption particulière) est également bien traitée, avec les peurs de la mère et les interrogations du fils. Le roman est instructif mais un peu court à mon goût, le sujet aurait pu être plus développé. J’ai eu l’impression que les actions s’enchaînaient vite et que la fin arrivait trop rapidement.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *